Paléorient 44.1

Paléorient 44.1

Date de publication :  juillet 2018
ISBN : 978-2-271-12047-2
Format : 22 x 28 cm

Pagination : 180

CNRS Éditions

Commander l’ouvrage


In Memoriam

Jean-Paul Thalmann (1946-2017) par G. Gernez, 5-6

 

Articles

  • H. A. AMIRKHANOV
    The Middle Acheulian site Meshhed III in Wadi Douan (Republic of Yemen)
    , p. 7-17

Abstract: The paper presents the materials from the Middle Acheulian site Meshhed III in Wadi Douan (Republic of Yemen). The site was discovered in 1986, but up to date the information on the site has been published only in Russian. Meanwhile, Meshhed III is the only Acheulean site in the south of the Arabian Peninsula where the archaeological materials are deposited in a clear geological context and have absolute age determination. The latter provides an opportunity to compare the Middle Acheulean segment of the Paleolithic cultural sequence of this region with the contemporaneous cultural layers of the adjacent regions.

Résumé: L’article présente le mobilier du site de l’Acheuléen moyen Meshhed III, au Wadi Douan (République du Yémen). Le site a été découvert en 1986 mais jusqu’à présent les informations qui le concernaient ont été publiées seulement en langue russe. Par ailleurs, c’est le seul site acheuléen du Sud de la péninsule Arabique où le mobilier archéologique a été déposé dans un contexte géologique clair avec une détermination chronologique absolue. Il donne l’occasion de comparer cette phase de l’Acheuléen moyen de la séquence culturelle du Paléolithique de la région avec les occupations contemporaines des régions voisines.

Keywords: Early Paleolithic; Middle Acheulian; Wadi Douan; Meshhed III.
Mots-clés : Paléolithique inférieur ; Acheuléen moyen ; Wadi Douan ; Meshhed III.

  • F. R. Valla
    Sedentism, the “point of non return”, and the Natufian issue. An historical perspective
    , p. 19-33

Abstract: In this paper I describe how the notion of sedentism gradually became central to Natufian studies. Described at first (1932) by Dorothy Garrod as a mixture of characteristic hunter-gatherer and agriculturalist features, the Natufian culture immediately raised difficult issues, including that of reconciling the mobility traditionally associated to hunting with the care of crops in sowed fields. Later findings of architectural constructions by Jean Perrot at Ain Mallaha (Eynan) led to the notion that Natufian people already experienced a sedentary way of life at least in some favourable environments. Simultaneously, however, based on faunal analysis and a lack of vegetal remains, Perrot asserted that they had not yet reached the stage of food production. Accordingly, he introduced the concept of sedentary hunter-gatherers, reversing the traditional supposition that sedentism appeared as a consequence of agricultural practices. I will address the further integration of sedentism in the theoretical framework of the origins of agriculture and describe the attempts made to clarify the modalities of occupation at specific sites. In a final discussion I will take a critical view of these attempts, acknowledging the difficulties in decoding the residency patterns of the Natufian people and advocating for detailed studies focused on each specific situation. I will furthermore acknowledge that the beginnings of the processes of both plant and animal domestication are still so obscure that, while Perrot’s claim seems to be basically correct, more work is needed before we can reach a satisfying understanding of the role of sedentism in the neolithization process.

Résumé: L’article décrit comment la notion de sédentarité s’est imposée progressivement dans les études natoufiennes. Dès son individualisation en 1932 par Dorothy Garrod, le Natoufien est apparu comme un paradoxe à cause de l’association de microlithes traditionnellement associés à des chasseurs-cueilleurs mobiles et de lames de faucilles qui suggéraient des champs semés et surveillés par des sédentaires en possession de céréales domestiques. Plus tard, la découverte par Jean Perrot à Ain Mallaha de constructions impressionnantes, groupées, associées à des greniers et à des sépultures, dans un contexte où la faune était entièrement sauvage et où les végétaux n’étaient pas conservés, a conduit à la notion de chasseurs-cueilleurs sédentaires en opposition au point de vue traditionnel pour qui la sédentarité était la conséquence de la domestication. Les chercheurs se sont ensuite efforcés d’intégrer cette nouvelle donne dans la théorie de la néolithisation de sorte que la sédentarité est devenue un enjeu central des études natoufiennes et que les modalités de l’occupation des sites ont été régulièrement discutées. Un rapide bilan de ces discussions s’efforce de prendre du recul par rapport à l’état des lieux. On insiste sur les difficultés rencontrées par les tentatives d’élucider les modalités de l’occupation des sites au Natoufien et sur le besoin d’examens scrupuleux dans chaque cas particulier. De plus, les origines des différents cheminements qui ont conduits à la domestication des plantes et des animaux sont encore obscures de sorte que, si l’opinion de J. Perrot semble globalement exacte, beaucoup de travail sera encore nécessaire avant qu’on comprenne comment la sédentarité est impliquée dans le processus de néolithisation.

Keywords: Constructions; Cultivation; Domestication; Commensalism; El-Wad; Ain Mallaha; Southern Levant; Fertile Crescent.
Mots-clés : Constructions ; Agriculture ; Domestication ; Commensalisme ; El-Wad ; Ain Mallaha ; Levant Sud ; Croissant fertile.

  • B. Finlayson and C.A. Makarewicz
    Contextualising Beidha, Jordan, in the Southern Levantine PPNB: Communal architecture and chronology, p. 35-55

Abstract: Diana Kirkbride’s excavations at Beidha in Southern Jordan provided foundational information on early Pre-Pottery Neolithic settlement that continues to heavily influence research investigating the evolution of social organization associated with the transition from foraging to farming. More recent research on the Neolithic has provided a rich context for her work, in particular regarding the regionally distinctive and long history of settlement and developments in communal architecture during the southern Jordanian Pre- Pottery Neolithic A. In 2014, additional fieldwork was conducted at Beidha targeting the earliest communal building identified, but only partially excavated by Kirkbride. The results of this new excavation, together with some additional radiocarbon dates, enable us to place Beidha within the local Neolithic historical context and to improve our interpretation of how early Neolithic society developed.

Résumé : Les fouilles de Diana Kirkbride à Beidha dans le Sud de la Jordanie ont fourni des données essentielles sur l’occupation villageoise du Néolithique Pré-Céramique ancien, qui continuent à influencer profondément les recherches sur l’évolution de l’organisation sociale lors du passage d’une économie de prédation (chasse, cueillette) à une économie de production (élevage, agriculture). Les recherches plus récentes sur le Néolithique permettent une nouvelle mise en contexte de ces premiers résultats, en particulier au regard des distinctions régionales et de la longue histoire de l’occupation villageoise et du développement d’une architecture communautaire dans le Sud de la Jordanie au cours du Néolithique Pré-Céramique A. Les travaux de terrain effectués à Beidha en 2014 ont en particulier mis l’accent sur l’étude du premier bâtiment communautaire identifié sur le site, qui n’avait été jusqu’ici que partiellement fouillé par Kirkbride. Les résultats de ces nouvelles fouilles, complétés par des datations radiocarbone, nous permettent de resituer Beidha dans le contexte du Néolithique local et de mieux comprendre comment s’est développée cette société du Néolithique ancien.

Keywords: Middle PPNB; Communal Architecture; Southern Jordan.
Mots-clés : PPNB moyen ; Architecture communautaire ; Jordanie du Sud.

  • E.B. Banning, K. Abu Jayyab, P. Hitchings, I. Ullah, S. Rhodes, E. Yasui, E. Gibbon, N. Handziuk and A. Glasser
    Jawafat Shaban and the Late Neolithic in Wâdî al-Bîr, Northern Jordan
    , p. 57-74

Abstract: During August 2014, a team from University of Toronto conducted test excavations at three locations in the drainage basin of Wadi Qusayba, west of Irbid, Jordan. One of these was a ‘candidate site’ that the Wadi Quseiba Survey had discovered in Wâdî al-Bîr, one of Wadi Qusayba’s main tributaries, in its 2013 field season. This turned out to show good evidence for occupation during the Late Neolithic (or Early Chalcolithic), including abundant pottery and lithics, some ground stone, and associated surfaces, pits, and possible traces of architecture. The finds are consistent with a date in the second half of the 6th millennium cal. BC, contemporary with Tabaqat al-Bûma in Wadi Ziqlab to its south and sites in Northern Israel that archaeologists assign to the ‘Wadi Rabah culture.’ The finds at this site, in conjunction with the unorthodox methods used to discover it, have broader implications for our understanding of the extensiveness of Neolithic settlement in the Southern Levant during the 6th millennium BC and the nature of Neolithic social landscapes.

Résumé : Au cours du mois d’août 2014, une équipe de l’université de Toronto a effectué des sondages en trois points du bassin de Wadi Quseiba, à l’ouest d’Irbid, en Jordanie. L’un d’eux était un «site candidat» mis au jour lors de la prospection du Wadi Quseiba à Wadi al-Bir, l’un des principaux affluents de Wadi Quseiba, au cours de la saison 2013. Il révéla des traces certaines d’occupation pendant le Néolithique récent (ou Chalcolithique ancien), qui comprennent de la poterie et de l’outillage lithique en grand nombre, et du mobilier en pierre, ainsi que des couches associées, des fosses et des traces d’architecture. Les découvertes suggèrent une datation dans la seconde moitié du 6e millénaire avant J.-C., contemporaine de Tabaqat al-Bûma à Wadi Ziqlab, au sud, et des sites dans le Nord d’Israël, que les archéologues attribuent à la « culture Wadi Rabah ». Ce site, conjointement avec les nouvelles méthodes utilisées pour le découvrir, a des répercussions plus larges pour notre compréhension de l’étendue de l’occupation néolithique dans le Sud du Levant au cours du 6e millénaire avant J.-C. et la nature des paysages sociaux du Néolithique.

Keywords: Neolithic; Levant; Wadi Rabah; Pottery; Settlement; Social networks.
Mots-clés : Néolithique ; Levant ; Wadi Rabah ; Céramique ; Établissement ; Réseaux sociaux.

  • M.D. Price, C.A. Makarewicz and M.S. Chesson
    Domestic animal production and consumption at Tall al-Handaquq South (Jordan) in the Early Bronze III, p. 75-91

Abstract: The Early Bronze Age (EBA) in the Southern Levant saw the emergence of socioeconomic inequality, fortified towns, and craft specialization. Livestock production was key to facilitating these socioeconomic changes, but the precise forms of animal husbandry and the economic contributions of domestic animal herding to EBA economies in the Southern Levant remain under- explored. Here, we investigate faunal remains recovered from Tall al-Handaquq South (THS), a walled Early Bronze III settlement located in the northern Jordan Valley. Zooarchaeological analyses indicate that small-stock (sheep and goat) herding formed the basis of subsistence and surplus production, while cattle husbandry provided much needed labour for intensive cereal production. The high relative abundance of cattle and the preference for goats, which thrive on low quality forage typical for more marginal landscapes beyond the valley floor, over sheep may indicate use of a more extensive herding strategy that kept herds off of agricultural fields while maintaining animal production. Notably, caprine management systems shifted throughout the EB III at THS from strategies emphasizing the optimal production of meat obtained from prime-aged sheep and goats to one focused on the exploitation of older animals, perhaps for fiber production. During this time, however, goats continued to outnumber sheep, possibly reflecting the long- term importance of grain production, which is expected to be reflected in the faunal record by high proportions of goats and cattle. Comparing the data from THS to other sites in the Southern Levant, the data indicate an evolution towards a greater focus on agricultural and livestock commodity production, factors that may have contributed to the abandonment of THS and, perhaps, other walled sites in the region.

Résumé : L’âge du Bronze ancien (BA) au Levant Sud est marqué par le développement des inégalités socioéconomiques et l’émergence de villes fortifiées et de productions spécialisées. La production de bétail, en particulier de ruminants, est un élément clé qui a favorisé ces changements, mais les formes précises de l’élevage et leurs contributions aux économies du BA dans le Sud du Levant restent encore mal comprises. Nous présentons ici une analyse des restes fauniques trouvés à Tall al-Handaquq Sud (THS), un village fortifié datant du début du Bronze ancien III, situé dans le nord de la vallée du Jourdain. Les analyses archéozoologiques indiquent que l’élevage des petits ruminants (ovins et caprins) constituait la base de la production de subsistance et de surplus, tandis que l’élevage bovin a permis la production intensive de céréales. L’abondance relativement élevée des bovins et l’exploitation préférentielle des chèvres qui peuvent se nourrir de végétaux de plus faible qualité au-dessus des fonds de vallée, par rapport aux moutons, suggèrent un élevage plus extensif qui maintient les troupeaux hors des champs agricoles tout en assurant la production animale. Ainsi, les systèmes de gestion des caprinés ont évolué au cours du Bronze ancien III, passant de stratégies ciblant la production optimale de viande de moutons et de chèvres en pleine force de l’âge à un élevage orienté sur l’exploitation d’animaux plus âgés, peut-être pour la production intensive de fibres (toison). À la même période, cependant, les chèvres continuent à être plus abondantes que les moutons, ce qui pourrait refléter l’importance de la production de céréales. Dans l’ensemble, les données indiquent une évolution vers une plus grande attention portée sur la production agricole et animale, facteurs qui peuvent avoir contribué à l’abandon de THS et, peut-être, d’autres sites fortifiés dans la région.

Keywords: Early Bronze Age; Zooarchaeology; Southern Levant; Jordan.
Mots-clés : Bronze Ancien ; Archéozoologie ; Levant Sud ; Jordanie.

  • L. Zhang, D. Zhang, X. Wu, G.K. Chen, P. Wang, H. Wang and K. Wang
    Ancient mud-brick architecture of Northwest China
    , p. 93-103

Abstract: Ancient mud-brick architecture along the Silk Road has been an under-studied subject in the world literature of architectural history. Employing results of the microscopic and particle size analyses, this paper seeks to characterize a few examples of mud-brick recently discovered at the Bronze Age settlement of Xichengyi in Northwest China, and demonstrate a new type of mud-brick building technique. The field observation identifies two types of mud-brick. While one type is thick and used together with mortar, which is commonly seen in the existing literature, the other is thin and bound together by ramming, which is unprecedented in the mud-brick architecture over the world. The site is located in the Hexi Corridor, a critical section of the Silk Road, and the multi-room layout of the buildings and the wheat/barley crops hint at dual directions of inspiration, but it is yet uncertain whether the Xichengyi community absorbed the mud-brick building technology from Central Asia. The microscopic and particle size analyses, however, confirm that the second type of mud-brick was ingeniously fused with the earth ramming technique from China proper.

Résumé : L’histoire de l’architecture s’est peu intéressée aux constructions anciennes en briques crues le long de la route de la soie. Grâce aux résultats des analyses microscopiques et granulométriques réalisées sur de telles briques récemment découvertes dans le site de l’âge du Bronze de Xichengyi, dans le Nord-Ouest de la Chine, il est désormais possible de démontrer qu’une nouvelle technique de construction avec des briques crues a été utilisée. Deux sortes de terre crue ont été identifié lors de l’observation sur le terrain. L’une est couramment décrite dans la littérature – il s’agit de briques épaisses confectionnées avec du mortier –, l’autre est fine et obtenue par le damage de la terre; la seconde est sans précédent dans l’architecture en briques crues, pratiquée ailleurs dans le monde. Le site de Xichengyi se trouve dans le couloir de Hexi, un tronçon important de la route de la soie ; la disposition des bâtiments d’une part et la culture du blé et de l’orge d’autre part suggèrent deux sources d’influence possibles. On ne sait pas encore si la communauté à Xichengyi a adopté les techniques de construction en briques crues depuis l’Asie centrale, mais les analyses microscopiques et granulométriques confirment que la seconde sorte de briques intègre de façon ingénieuse la technique de damage de la terre pratiquée en Chine.

Keywords: Silk Road; Mud-brick architecture; Northwest China; Bronze Age; Earth ramming technique.
Mots-clés : Route de la soie ; Architecture de briques crues ; Nord-Ouest de la Chine ; Âge du Bronze ; Technique de damage de la terre.

  • C. Schmidt
    Pastoral Nomadism in third millennium BC Eastern Arabia: A view from Al-Zebah in Central Oman, p. 105-118

Abstract: This paper introduces a new model for the reconstruction of the social organisation of 3rd millennium BC Eastern Arabia and argues for a new interpretation of the major sites of this period, including Bat, Bisyah, Hili, and Al-Khashbah, as event places of pastoral nomads. The starting point for this reading are the results of three seasons of excavation carried out recently at Al-Zebah in the Sultanate of Oman. Al-Zebah is a campground of nomads and, compared to other nomadic camps known from the Ancient Near East, exceptionally well preserved.

Résumé: Cet article présente un nouveau modèle de reconstitution de l’organisation sociale en Arabie orientale du 3e millénaire av. J.-C. et propose une réinterprétation des sites principaux de cette période, dont Bat, Bisyah, Hili et Al-Khashbah, en tant que lieux évènementiels pour les nomades pastoraux. Cette lecture se fonde sur les résultats de trois saisons de fouilles récemment menées à Al-Zebah dans le Sultanat d’Oman. Al-Zebah est un campement de nomades qui est, par comparaison avec d’autres camps de nomades connus dans le Proche-Orient ancien, exceptionnellement bien conservé.

Keywords: Al-Zebah; Umm an-Nar period; Eastern Arabia; Pastoral nomadism; Social organisation.
Mots-clés : Al-Zebah ; Période Umm an-Nar ; Arabie orientale ; Nomadisme pastoral ; Organisation sociale.

  • S. Döpper
    Towers and ditches in third millennium BC Eastern Arabia: A view from Building II at Bat, Sultanate of Oman, p. 119-131

Abstract: Monumental circular structures, so-called towers, are one of the most prominent remains of the 3rd millennium BC in Eastern Arabia. Large ditch systems surrounding the tower have been discovered at several of these sites. Recent excavations at the tower Building II at Bat in the Sultanate of Oman conducted by the University of Tübingen revealed a new addition to the known ditch systems connected with the towers. Although it has been suggested in the past that these ditch systems were used for irrigation, defence or protection against floodwater, no agreement on this issue could be reached as publications on most of these ditches are limited. Within this article, the results of the excavations at Building II will be presented and its ditch system will be put in context with other ones, previously published. Equipped with this new data, the potential function of these ditch systems will be discussed.

Résumé: Parmi les vestiges les plus marquants du 3e millénaire av. J.-C. en Arabie orientale figurent des structures circulaires monumentales, interprétées comme des tours. De grands fossés entourant ces tours ont été trouvés dans plusieurs de ces sites. Des fouilles menées récemment par l’université de Tübingen à Bat, dans le Sultanat d’Oman, sur la tour dite Bâtiment II ont révélé un nouvel ajout aux systèmes de fossés déjà connus rattachés aux tours. Bien qu’on ait suggéré, par le passé, que ces systèmes de fossés aient été utilisés à des fins d’irrigation, de défense ou de protection contre les inondations, aucun consensus n’a pu être dégagé sur la question de leur fonction, puisqu’il n’existe qu’un nombre limité de publications portant sur ces fossés. Dans cet article, on présentera d’abord les résultats des fouilles du Bâtiment II et on replacera son système de fossés en contexte d’autres déjà publiés. À la lumière de ces nouvelles données, on abordera enfin la fonction possible de ces systèmes de fossés.

Keywords: Oman; Bat; 3rd millennium BC; Towers; Ditches.
Mots-clés : Oman ; Bat ; 3e millénaire av. J.-C. ; Tours ; Fossés.

  • M. Heydari, F. Desset and M. Vidale
    Bronze Age glyptics of Eastern Jazmurian, Iran
    , p. 133-153

Abstract: Here we present 29 silver and copper stamp seals and seal fragments and 19 ceramic stamp sealings from three sites of Central-Eastern Jazmurian (Chegerdak, Spidej and Keshik) in Iranian Baluchistan. These seals and sealings were recovered by the Iranian Cultural Heritage Organisation (ICCHTO), Zahedan, from disturbed contexts and illegal excavations, but have been typologically dated between the first half of the 3rd and the beginning of the 2nd millennium BC. This paper presents descriptions and comparisons of the stamp seals and sealings, and also includes a preliminary qualitative elemental analysis of micro-fragments of the metallic seal fragments. These seals and sealings improve our knowledge of the Bronze Age glyptics of South-Eastern Iran and have wider implications for our understanding of local identity and connectivity in this period.

Résumé: Nous publions ici 29 cachets, complets ou fragmentaires, en alliage cuivreux et argentifère, et 19 scellements de cachets, provenant de trois sites du Jazmurian central et oriental (Chegerdak, Spidej et Keshik), dans le Balochistan iranien. Bien qu’ils soient tous issus de contextes perturbés par des fouilles irrégulières, ces sceaux et scellements que l’on peut dater entre la première moitié du 3e millénaire et le début du 2e millénaire av. J.-C, élargissent néanmoins notre connaissance de la glyptique de l’âge du Bronze dans le Sud-Est de l’Iran. En complément de la description et de l’étude comparative de ces cachets et scellements, sont également présentés les résultats préliminaires d’analyses chimiques réalisées sur les sceaux métalliques.

Keywords: Glyptics; Iconography; Seals; Jazmurian; Bampur Valley; Bronze Age.
Mots-clés : Glyptique ; Iconographie ; Sceaux ; Jazmurian ; Vallée de Bampur ; Âge du Bronze.

  • M. Al-Maqdissi et E. Ishaq,
    Notes d’archéologie levantine LXII. Une statuette des ancêtres à Palmyre (Syrie), datée du deuxième millénaire av. J.-C. (archives R. du Mesnil du Buisson), p. 155-162

Résumé: Présentation, sous la forme d’une note, d’une statuette en calcaire trouvée à Palmyre durant les travaux réalisés par Georges Tchalenko en 1935-1936. L’étude des documents photographiques et textuels conservés au musée du Louvre dans les archives de R. du Mesnil du Buisson apporte des éléments qui prouvent que cet objet provient des phases de la première moitié du IIe millénaire av. J.-C. du tell de Palmyre, à l’emplacement actuel du sanctuaire de Bêl.

Abstract: Note on a small limestone statue found in Palmyra during the work done by Georges Tchalenko in 1935-1936. The study of the photographic and textual documents preserved in the musée du Louvre (archives of R. du Mesnil du Buisson) brings elements that prove that this object comes from the phases of the first half of the second millennium BC of the ancient tell of Palmyra, at the current location of the Sanctuary of Bêl.

Mots-clés : Palmyre ; Sanctuaire de Bêl ; Statuette des ancêtres ; IIe millénaire av. J.-C. ; Musée du Louvre ; Archives R. du Mesnil du Buisson.
Keywords: Palmyra; Sanctuary of Bêl; Ancestor statuette; Second millenium BC; Musée du Louvre; Archives of R. du Mesnil du Buisson.

 

Recensions 163-171

Berillon G. et Asgari Khaneghah A. (éd.) 2016. Garm Roud. Une halte de chasse en Iran. Paléolithique supérieur. Prigonrieux : @rchéo-éditions.com ; Téhéran : IFRI. Par S. Soriano

Lefèvre V., Didier A. and Mutin B. (eds.) 2016. South Asian Archaeology and Art, Volume 1. Man and Environment in Prehistoric and Protohistoric South Asia: New Perspectives. Turnhout: Brepols (Indicopleustoi, Archaeologies of the Indian Ocean 12,1). By C.P. Thornton

Cruells W., Mateiciucová I. and Nieuwenhuyse O. (eds.) 2017. Painting Pots – Painting People: Late Neolithic Ceramics in Ancient Mesopotamia. Oxford and Philadelphia: Oxbow Books. Par J.S. Baldi

Tsuneki A., Nieuwenhuyse O. and Campbell S. (eds.) 2017. The Emergence of Pottery in West Asia. Oxford and Philadelphia: Oxbow Books. By A. Gómez Bach