Séances de la Société préhistorique française 13

« A coup d’éclats ! »
La fracturation des matières osseuses en préhistoire : discussion autour d’une modalité d’exploitation en apparence simple et pourtant mal connue

Actes de la séance de la Société préhistorique française de Paris (25 avril 2017)

Textes publiés sous la direction de Marianne Christensen et Nejma Goutas

Paris, Société préhistorique française, 2018
(Séances de la Société préhistorique française, 13), 367 p.
ISSN : 2263-3847 – ISBN : 2-913745-74-1 (en ligne)

Télécharger le sommaire

Accès libre

La fracturation lato sensu des matières osseuses désigne différentes réalités, selon les disciplines concernées (archéozoologie, technologie, anthropologie physique), mais aussi selon les contextes historiques et scientifiques dans lesquels ce concept est utilisé, les matières premières auxquelles il est appliqué, ou encore ses objectifs. Devant cette multiplicité des points de vue, se sont développées certaines incohérences méthodologiques, terminologiques et scientifiques. Il devenait donc essentiel de produire un regard critique sur cette polysémie du concept de fracturation des matières osseuses, car ses conséquences dépassent largement le seul champ épistémologique et influencent parfois directement certains modèles interprétatifs des faits préhistoriques. Ce volume a un objectif à la fois historiographique, à travers un état de l’art des recherches relatives à la transformation des matières osseuses par fracturation et les techniques de fracture utilisées, mais aussi méthodologique, via une (ré-)évaluation de certains critères analytiques et de diagnoses employés pour discriminer les différentes modalités de transformation des matières dures d’origine animale faisant intervenir des actions de percussion. Enfin, ce volume rassemble une dizaine de textes autour de l’exploitation du bois de cervidé, de l’os, de l’ivoire, de la coquille et du bois végétal, à partir de cas d’étude issus de contextes aussi variés que le Paléo-mésolithique d’Europe occidentale et orientale, ou l’Holocène de l’extrême sud de l’Amérique du Sud.