Statuts personnels et espaces sociaux : questions grecques et romaines

Collection Travaux de la Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès, no 25

Sous la direction de Claudia Moatti et Christel Müller
2018, 304  p., 16 x  24  cm
ISBN : 978‑2‑7018‑0541‑2

Depuis quelques années, on assiste, dans le domaine de l’histoire sociale, au renouveau d’une réflexion sur les formes de catégorisation dans l’Antiquité. À la différence d’autres projets, toutefois, nous ne proposons pas ici une pure description des différents statuts ou sous-statuts légaux et sociaux, ni même une enquête consacrée à l’origine des statuts, des ordres et des classes. Nous nous donnons pour objectif de comprendre quels statuts personnels étaient opératoires dans les différents types d’espace. Utiliser comme point de départ le cadre spatial permet en effet de rendre visibles des clivages ou agrégats sociaux, parfois éphémères et instables, mais toujours signifiants.

Cet ouvrage collectif s’ouvre sur une réflexion historiographique comparée qui présente des recherches en cours concernant les processus de formalisation des sociétés dans les mondes grec et romain. Les articles de la deuxième partie analysent la pertinence des statuts dans des espaces précis (nécropole, théâtre, gymnase, banquet), où groupes et associations se font et se défont, parfois indépendamment du statut légal ou social des personnes. La dernière partie est consacrée à la dimension spatiale des pertes et changements de statuts, question qui permet de déplacer le regard sur les procédures et leurs effets concrets : avec quelle précision s’opèrent le déclassement ou l’exclusion des individus ? Quels espaces leur sont interdits et avec quel contrôle ? Enfin, quelle est l’influence de la mobilité, c’est-à-dire du changement spatial, sur les identités ?

Commander l’ouvrage

Sommaire

Claudia Moatti et Christel Müller, Introduction. Les statuts à l’épreuve de l’espace

Approches historiographiques
Alain Duplouy, Élites, cités et citoyens dans la Grèce archaïque. Apports récents, et mise au point historiographique

Michel Humm, Du « dualisme patricio-plébéien » à la société d’ordres. La République romaine, de la fin du vie à la fin du  ive siècle av. J.‑C.

Espace et différenciation sociale
Claudia Moatti, Le langage spatial des statuts personnels dans le monde romain

Reine-Marie Bérard, La mort et le citoyen. Espaces funéraires et statuts individuels dans les colonies grecques à l’époque archaïque

Airton Pollini, La contribution de l’archéologie à la question des statuts. Espaces funéraires, domestiques et politiques

Brigitte Le Guen, Le théâtre de Dionysos Éleuthéreus n’est pas l’Assemblée des citoyens. Public et statuts personnels dans l’Athènes classique

Jean-Manuel Roubineau, Exclus du gymnase, exclus au gymnase. Note sur la loi gymnasiarchique de Béroia

Clément Bady, Plutarque et le symposion. Statuts et liens interpersonnels dans les espaces de banquet à la haute époque impériale

Pertes et changements de statut
Vincent Azoulay et Paulin Ismard, Honneurs et déshonneurs. Autour des statuts juridiques dans l’Athènes classique

Christel Müller, Itinéraires d’une prostituée : Néaira et les espaces de la cité au ive siècle av. J.-C.

Frédéric Hurlet, Interdicta aula. Cour impériale et hiérarchie spatiale (Haut-Empire romain)

Yann Rivière, Quid enim sum? Le bannissement de Cicéron et son retour à l’existence (58 av. J.‑C.)